RESTAURATION INTEGRALE

D'UNE

BERLINETTE DINALPIN DE 1969

 

 

 

 

Ce véhicule est, à l'origine, une berlinette Dinalpin 1100 VA de 1969, fabriquée par DINA RENAULT au Mexique. 

 

Approximativement 508 Berlinettes ont été fabriquées durant les 10 années de production, dont seulement

138 GT4 et 67 Cabriolets.

 

Elle est aujourd'hui en configuration A.110/1300 G de 1969. Le moteur actuel est un 1774 cm3 qui sera conservé car le propriétaire de l'auto trouve son utilisation satisfaisante.

 

 

Les travaux ont déjà commencé. Le décoquage a été réalisé sans gros soucis. Certains éléments du châssis sont à changer car très corrodés. La traverse avant est pliée, sans doute suite à un choc ancien mal réparé, et la coque aura besoin de quelques travaux avant une peinture complète. Le faisceau électrique est également à refaire entièrement.

 

 

Voici notre berlinette entièrement dépouillée et débarrassée de tout ce qui en faisait une auto extraordinaire. La coque a été retournée pour une intervention plus aisée sur le plancher. Cette auto était équipée d'un arceau qui a été mal fixé et a fini par passer à travers la coque ...

 

 

La face avant en version quatre phares a sans doute été modifiée à son arrivée sur le sol français en 1983. En effet la berlinette Dinalpin de 1969 n'avait que deux gros phares!...

 

 

Quelques reprises sont nécéssaires sur le plancher et au niveau des passages de roues. La fibre est, quand même, une belle invention. Sur une carrosserie classique, le travail serait beaucoup plus compliqué ...

 

 

La partie arrière avec le compartiment moteur et l'emplacement de la lunette arrière...

 

 

Cette voiture est actuellement de couleur rouge, mais cela va changer. En effet, son propriétaire souhaite la faire repeindre en bleu. L'Alpine utilisée comme modèle pour cette restauration est le prototype de l' A 110 / 1600 du salon de l'auto 1967 équipée de l'ancienne coque. ( La 1600 étant finalement sorti en 1969 avec la nouvelle coque ... ) 

 

 

Le châssis a été entièrement débarrassé de tout ce qui gène pour un décapage. Il y a de la corrosion sur les tubes transversaux et sur les platines d'encrage à la coque.

 

Il va falloir découper les parties corrodées et les remplacer. La poutre est touchée également et la traverse avant est à changer. Il est temps d'intervenir... 

 

 

Gros plan sur la traverse avant. Sur le châssis poutre de la Dinalpin on remarque quelques différences mineures par rapport au châssis de la berlinette Alpine. Le raccordement de la poutre au berceau moteur, entre autre, mais l'idée directrice reste

 la même ...

 

 

Et voici notre nouvelle traverse avant en cour de préparation pour venir en lieu et place de celle qui est pliée et irrécupérable.

 

 

Pour que ses berlinettes soient produites à un tarif compétitif, Jean REDELE a très largement utilisé des pièces de véhicules déjà existants. Ainsi pas de coût de recherche et dévellopement.Il a aussi utilisé de nombreux composants déjà fiabilisés sur d'autres modèles.

 

Son principal fournisseur était Renault, mais Citroën, Peugeot et Alpha Roméo ont aussi servi de "banques d'organes" dans une moindre mesure. La traverse avant qui nous intéresse maintenant est issue de la Renault 8 ...

 

 

Nous allons maintenant désolidariser la traverse avant de la poutre. Faites chauffer la meuleuse, il faut couper ...

 

 

Opération terminée. Toute la partie avant du châssis va être refaite à l'identique et remontée avec le plus grand soin.

 

 

Pour faire un travail soigné, une seule solution, remonter le châssis en se servant d'un marbre. C'est un outil indispensable pour garantir un résultat de qualité. Toutes les pièces sont ainsi réassemblées parfaitement à plat.

 

Les tubes avants sont ressoudés sur la poutre...

 

 

Mise en place de la nouvelle traverse avant qui vient se poser dans l'encoche faite spécialement au niveau de l'extremité de la poutre. Puis on soude ...

 

 

Soudure de la partie arrière de la traverse sur le devant de la poutre. Puis viennent les deux entretoises. Sur la photo, seule celle de gauche est en place ...

 

 

Vue générale du marbre avec le châssis fixé dessus. Avec cette photo on comprend mieux son utilité. Cet outil est conçu à la cote du chassis de la berlinette. Il ne tolère pas la moindre erreur...

 

Cet exemplaire appartenait à Michel DE VLIEGHER. Il l'avait fabriqué lui même avec le soin qu'il savait mettre dans toutes les choses qu'il entreprenait. A sa disparition, ce marbre a été racheté par G.A.R.S 66 et nous pouvons l'utiliser pour intervenir sur les châssis des berlinettes de nos clients.

 

 

Après la soudure il faut sabler le chassis pour le débarasser de toute trace de corrosion. C'est un travail fastidieux mais indispensable qui garantit une parfaite tenue des traitements et peintures que nous allons appliquer ensuite pour sa protection.

 

 

Voici notre châssis de Dinalpin entièrement sablé. Il a déjà meilleure allure. Petite précision pour les néophites, sur les photos qui suivent, le chassis est à l'envers !!! Il faut le dire, car ce n'est pas forcément évident pour tout le monde.

 

 

Gros plan sur la partie arrière avec le berceau moteur et la pièce de raccordement à la poutre. Le châssis est toujours à l'envers....

 

 

La partie avant sur laquelle le gros du travail a porté. Au premier plan la nouvelle traverse, et en arrière plan, les deux tubes latéraux et les deux entretoises qui les relient à la traverse ...

 

 

Passage du châssis dans la cabine de peinture. Voilà, il est tout beau, tout neuf. Parti pour durer au moins 30 ans de plus !!!

 

 

La partie avant qui a été refaite en vue de face. Gros plan sur la traverse d'origine Renault 8 ...

 

 

La même partie avant, mais en vue de dessus cette fois.

 

 

Notre châssis est terminé, il est temps pour nous de revenir à la coque. Le bouclier avant étant très abimé, le propriétaire de l'auto a décidé de le faire remplacer par sécurité.

 

 

Bien entendu, le nouveau bouclier va nécéssiter un sérieux ajustage pour prendre parfaitement sa place. Il y a encore du travail en perspective ...

 

 

Ajustage et résinage du bouclier avant sur la partie supérieure de la face avant.

 

 

Rebouchage, ponçage, re rebouchage, re ponçage, re re rebouchage, re re ponçage, etc ...

 

 

Tous les soubassements de l'auto sont à reprendre, ils ont 40 ans ... Les projections et les intempéries ont eu raison de leur solidité. Nous allons donc les renforcer. Sur la photo

 ci-dessous, le passage de roue avant droit.

 

 

Renforcement du plancher, on distingue très nettement la saignée qui permet le passage de la poutre du châssis quand celui ci est en place.

 

 

Une autre photo des soubassements en cour de consolidation ...

 

 

C'est le grand jour !!! Après avoir repris toutes les parties de la coque qui en avaient besoin, nous allons l'assembler avec son châssis déjà restauré au début de l'été.

 

 

Mise en place du châssis à l'aide de "la chèvre". Vous aurez remarqué que, depuis le lancement de cette restauration, notre pauvre Berlinette a la tête en bas. Le petit berceau sur lequel elle repose a été spécialement fabriqué pour pouvoir travailler de cette façon et déplacer l'auto dans le garage sans difficulté.

 

 

Notre châssis a retrouvé sa place. Il va falloir le re-solidariser avec la coque. Pour cela des platines sont soudées à certains endroits du châssis qui seront  noyées dans la résine ...

On en distingue deux au niveau du passage de roue avant droit sur la photo ci dessous.

(les petites plaques avec des gros trous ronds!)

 

 

Gros plan sur la partie arrière du châssis. Là encore les platines de fixation à la coque sont bien visibles (toujours les parties perforées). Les deux tuyaux gris sont les tubes

 de circulation d'eau ....

 

 

L'opération est terminée. Châssis et coque sont assemblés. Pour une meilleure protection tous les soubassements ont ensuite été passés au blaxon.

 

 

Vue générale de la voiture retournée ... Le ponçage des parties latérales de la coque a commencé, mais il reste encore pas mal de travail !!!

 

 

Gros plan sur notre passage de roue avant droit ou l'on distingue encore les supports du châssis noyés dans l'épaisseur de la résine. Cela commence à prendre tournure ...

 

 

Le compartiment moteur de la berlinette est refait à neuf, très bientôt la belle retrouvera sa mécanique...

 

 

Le moment est venu de remettre notre Berlinette dans le bon sens pour la poursuite des travaux de carrosserie et

de peinture ... Attention à la manoeuvre !!!

 

 

Vue du dessous de la voiture avec le châssis et les soubassements entièrement refaits.

 

 

L'auto a retrouvé une position plus normale et plus digne. L'élément arrière est remplacé par un neuf. Là encore,il va falloir passer du temps pour ajuster au plus près cette nouvelle pièce au restant de la carrosserie de la Dinalpin ...

 

 

Nous attaquons maintenant le remontage du train avant de la voiture. C'est toujours un moment agréable car on commence à se dire que le travail avance vraiment ...

 

 

Toutes les pièces de la partie freinage sont révisées et remontées. Les triangles et les ressorts d'amortisseurs ont été décapés, traités et repeints. Les amortisseurs, fatigués, sont changés pour des neufs.

 

 

Remontage des suspensions sur la traverse arrière avant l'assemblage final. Notez les quatre amortisseurs. Pas de doute,c'est bien une traverse de Renault 8. Boite de vitesses et cloche de boite sont déjà solidaires du train arrière.

Cela avance bien.

 

 

Le train arrière et la boite de vitesses ont repris leurs places et le moteur a suivi le même chemin après une bonne révision

et un gros nettoyage.

 

 

L'auto va maintenant subir une réfection intégrale du faisceau électrique.Tout doit etre refait de A à Z. Puis, elle passera en peinture. Il reste encore du chemin à faire ...

 

 

Vue du compartiment avant avec la batterie et la boite à fusibles logée dans l'aile gauche. La voiture est en cours de cablage. Le faisceau électrique est refait dans son intégralité.

 

 

La planche de bord vieillissante est remplacée par une neuve.Tout le faisceau électrique de la Berlinette doit être entièrement remplacé car très fatigué par le poids des ans ... 

 

 

Mise en peinture du tableau de bord. Il s'agit d'une préparation spéciale qui donne cet aspect craquelé qui reproduit l'usure du temps. Ensuite, peinture noire.

 

 

Vue de face du tableau de bord en cours de sèchage. On distingue bien les craquelures sur la partie basse sous les trous des compteurs.

 

 

Pour compléter, une vue de dessus de la totalité du tableau de bord qui donne une idée globale du travail.

 

 

En parallèle, le remontage du bloc moteur est pratiquement arrivé à son terme. Au point de vue mécanique, on touche au but. Le chassis est ok. Reste à faire  l'intérieur de la voiture et toute la partie peinture. Bref, il y a encore du boulot !!! 

 

 

Pour le plaisir des yeux, une vue du compartiment moteur ou chaque élément a repris sa place. Une belle restauration ne doit pas forcément ignorer les progrès de la technique. Ici, utilisation des durites type "aviation" pour éviter tout souci.

 

 

Le propriétaire de la voiture vient donner un coup de mains pour le remontage des différents éléments du tableau de bord.

Bonjour Yann ...

 

 

Notre tableau de bord avec sa peinture noire définitive est en cours de remontage.Le plus gros du travail est fait. Compte tours, jauge et manomètre de pression d'huile ont retrouvé leurs places respectives.

 

 

Et comme nous ne vous cachons rien, vous avez même droit à une petite plongée sous le tableau de bord. Pour les néophytes, à gauche de la photo, se trouve la colonne de direction. Et puis tout un tas de fils qui se dirigent tous vers la boite à fusibles ...

 

 

Boite à fusibles également dans le compartiment avant. Une autre concession à la modernité au combien précieuse en cas de problème électrique ...

 

 

Grattage et nettoyage complet de l'intérieur de la Berlinette qui va recevoir une nouvelle sellerie après son passage en

cabine de peinture.

 

 

Voici le travail de grattage terminé. C'est une étape fastidieuse mais indispensable pour pouvoir mettre en place le nouvel intérieur dans les meilleures conditions et garantir un résultat qui résistera au temps.

 

 

Vue de l'intérieur. Les places arrières séparées par le tunnel de boite. Le polyester a été complètement mis à nu.

 

 

Cette opération a mis en évidence le mauvais état des planchers de la voiture. Les plaques de contreplaqué sont complètement pourries. Elles sont d'origine, bien entendu. Elles sont donc retirées et remplacées par des plaques neuves. Ici le coté conducteur ...

 

 

On remarque que ces deux plaques ont une forme très spécifique. L'épaisseur du contreplaqué utilisé est de trois millimètres. Elles seront à nouveau recouvertes de polyester d'ici quelques jours.

 

 

La même opération est ensuite réalisée coté passager. Démontage et remplacement du plancher en bois. Cela a quand même meilleure allure ...

 

 

Une photo sympa de deux Berlinettes qui n'ont jamais connu les chaines de montage de l'usine Alpine de Dieppe.

 

Au premier plan, notre Méxicaine de service, la Dinalpin et au second plan, sur le pont, notre pensionnaire Espagnole, la Berlinette Fasa dont je vais aussi remettre des photos. Sans oublier le museau d'une Alpine A 310 V6 de passage au garage pour une grosse révision.

 

 

La partie ponçage est toujours la moins agréable dans une restauration. Cela prend du temps et ça en fout vraiment partout, même avec l'aspiration. Mais, pas moyen d'y échapper, alors ... On ponce !!!

 

 

Encore un petit effort et, d'ici quelques jours, on va pouvoir passer à l'étape suivante. La peinture !!! Mais au fait Yann, de quelle couleur on la peint cette auto ? En voilà une bonne question ...

 

 

La partie décapage est terminée. Cinq couches de peinture superposées ont été retirées !!! La voiture a du perdre au moins quatre ou cinq kilos dans cette opération ...

 

 

Maintenant, la berlinette est poussée dehors et un gros travail de nettoyage va être fait. Il faut débarrasser la carrosserie de la moindre trace de poussière qui pourrait compromettre la bonne tenue du mastic liquide.

 

 

Une photo prise de trois quart avant ...

 

 

Et une autre prise de trois quart arrière ...

 

 

Bon, allez, direction la cabine de peinture pour une bonne application de mastic liquide sur toutes les surfaces de la carrosserie histoire de reboucher toutes les imperfections dues au décapage de la coque.

 

 

Après le passage au sinto jet, on va laisser sècher pendant une quinzaine de jours puis la coque sera poncée entièrement. Ensuite, mise en apprêt et peinture ...

 

 

Gros plan sur le bloc avant avec les supports de pare-chocs faisant partie intégrante de la coque ...

 

 

La coque a été mise en apprêt. Maintenant, il est temps de se préoccuper des ouvrants. Les portes, le capot avant et le capot moteur sont traités séparément.

 

 

Tout ce petit monde se retrouve dans la cabine de peinture en compagnie d'un pare chocs arrière d'Alpine A310, situé

au premier plan.

 

 

Voilà la voiture retourne dans la cabine de peinture. Cette fois, c'est la bonne. Au fond, on voit les portes de la berlinette. En début de semaine prochaine, Manu va terminer le travail. Le résultat en images très bientôt.

 

 

Et oui, elle sera bleue !!! Mais pas le bleu Alpine habituel. C'est une teinte qui tire sur le gris avec des reflets métallisés lorsqu'elle est exposée à la lumière du jour. Son nom exact est

bleu azur métal ...

 

 

L'intérieur des emplacements de phares et des clignotants a été peint en noir à la demande du propriétaire de la voiture.

 

 

Voici la Dinalpin hors de la cabine de peinture. Un petit tour de l'auto pour vérifier que tout est nickel chrome. Les ouvrants ( portes et capots ) ont, comme de coutume, été traités séparément.

 

 

Une dernière petite photo prise de trois quart avant pour compléter la série et donner une idée exacte du résultat.

 

 

En effet, le travail de G.A.R.S 66 s'achève ici sur la Dinalpin.

 

Le propriétaire de la voiture va maintenant pouvoir commencer lui même le remontage de sa berlinette. Cette restauration aura été un très gros chantier et, une fois remontée, cette auto sera quasiment neuve. Comme au premier jour de sa sortie d'usine ...

 

 

 

 

 

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

Diaporama du remontage final de l'auto !!

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

 

 

Voici donc la suite et la fin de la restauration de la Dinalpin.

 

Le propriétaire de la voiture vient de nous envoyer les images du remontage qu'il est sur le point de terminer afin que nous puissions les mettre en ligne et vous en faire profiter.

 

Merci à lui.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Garage G.A.R.S 66

Chemin du Mas BRESSON

66 000 PERPIGNAN

Thierry HODENCQ : 06 66 23 06 82