RESTAURATION

D'UNE

ALPINE A 310 FLEISCHMANN

~~~~~~~~~~

 

 

 

Cette Alpine A.310 équipée d'un kit carrosserie

FLEISCHMANN va subir une restauration complète. Au programme, décoquage, rénovation complète du châssis,des trains roulants, du système de freinage, etc...  

 

 Ensuite, greffe d'un nouveau moteur V6/3 litres. Bref, sur cette auto, le travail ne manque pas!...

 

 

Extérieurement, l'auto a l'air saine mais quand on la met sur le pont, les dessous de la belle laissent quelque peu à désirer...

 

 

La corrosion a fait son oeuvre et les traverses latérales du châssis sont complètement attaquées. Elles devront être remplacées ...

 

 

Dans de nombreux endroits les tubes sont carrément perforés, le tournevis passe au travers sans aucun effort...

 

 

De la rouille sur les supports moteur, mais aussi au niveau des trains roulants...

 

 

Corrosion également au niveau du berceau moteur et de la poutre centrale du châssis ...

 

 

 Bref, il est temps de prendre les choses en main...

 

 

 

 

ETAPE N°1:  LE DECOQUAGE

~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

  Cette première étape va nous permettre de séparer complètement le châssis de la coque et de pouvoir le traiter dans son intégralité sans contrainte, décapage puis remplacement des éléments corrodés par des tubes neufs. L'accèssibilité est totale. Pas un seul centimètre carré de métal ne pourra nous échapper...

 

Pour les néophites, les Berlinettes et les A.310 auront toujours ce gros avantage sur les Alpine plus récentes comme la GTA  ou  l'A.610. Lors d'une restauration ou d'une reconstruction complète, on peut séparer chassis et coque sans difficulté. A partir de la GTA, une partie du châssis est noyée dans la fibre lors de la fabrication, donc adieu le décoquage sur ces modèles ...

 

 

On va donc éliminer tous les obstacles, qui ne sont pas si nombreux, à la séparation. Puis on lève tout simplement la coque avec le pont ...

 

 

 

 

ETAPE N°2 : LE BILAN

~~~~~~~~~~~~~~ 

 

Vue sur le tunnel de boîte. Pas de gros problèmes au niveau de la coque. Merci Monsieur polyester!...Si elle avait été en tôle, vu l'état du chassis... cela n'aurait pas été pareil !...

 

 

Bon, maintenant que l'on y voit plus clair, nous allons vraiment pouvoir faire l'inventaire des choses à revoir avec précision.

 

Comme nous nous y attendions, la rouille est partout ...Mais il n'y a rien de catastrophique. La poutre est bonne, c'est l'essenciel .

 

 

Vue sur les traverses du châssis. Là aucun doute Docteur! Il faut couper! On va tronçonner et remplacer cette partie qui est perforée et tombe en morceaux ...

 

 

Détails de la suspension arrière gauche et de la partie arrière du châssis avec le tunnel de boîte. La sableuse va pouvoir s'en donner a coeur joie !!!

 

 

Gros plan sur la chapelle d'amortisseur arrière droite... L'image se passe de tout commentaire !!!

 

 

Sur les photos suivantes, détails des deux demi-arbres de transmission avec moyeu, porte moyeu, disque de freins, étrier, cardan, soufflet etc ...Comparé au reste, tout cela aurait presque l'air en bon état !!!

 

 

Les connaisseurs auront noté que cette auto est une trois trous... Pour ceux qui le sont moins, il n'y a que trois écrous de serrage par roue sur ce modèle d'Alpine A.310. Elle fait donc partie des premières A.310 V6 construites ...

 

 

Même les tubes du circuit de refroidissement sont attaqués

par la rouille....

 

 

Le moteur a été retiré ainsi que les transmissions. Le berceau arrière est pratiquement dégarni. Seuls restent les amortisseurs pour le moment.

 

 

La partie avant du châssis est un peu moins corrodée que l'arrière. La barre transversale qui supporte le pare-chocs est très abîmée et l'essieu fait peine à voir. Par contre, au niveau des chapelles d'amortisseurs, c'est plutôt mieux. On remarque les durites du circuit de refroidissement qui sortent de la poutre du châssis ...

 

 

Détails de l'essieu avant, sur la gauche on distingue

la "master vac" (cerveau frein) encore en place...

 

 

Des p'tits trous, des p'tits trous, encore des p'tits trous ... Vue sur le maître cylindre de frein fortement corrodé lui aussi !!!

 

 

Voici notre châssis totalement nu. Il est temps de passer au stade suivant. Sablage pour commencer puis découpage et remplacement des tubes trop corrodés pour être conservés...

 

 

 

 

ETAPE N°3: LE SABLAGE

~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

La sableuse a fait son office. Quand à la rouille...elle a bien dérouillé!... Mais il était grand temps de faire ce travail. Sans cette intervention en profondeur, dans un ou deux ans il aurait sans doute fallu changer le châssis.

 

 

Détails de la sableuse...C'est un outil totalement indispensable pour effectuer ce genre de travail de restauration dans les meilleures conditions. Grâce à lui, nous pouvons atteindre les plus petits recoins.

 

 

Evidemment, après il faut nettoyer l'atelier. Il y a du sable partout!. Qui fait la femme de ménage aujourd'hui? Bizarre, ils sont tous partis ... Hé ! Ho !  Il y a quelqu'un?

 

 

Notre châssis est prêt pour le stade suivant. Découpage des parties perforées et soudure des tubes de remplacement qui ont été préparés par Thierry.

 

 

 

 

ETAPE N°4: REPARATION DU CHÂSSIS

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

Revêtu de son armure de gladiateur des temps modernes, notre vaillant guerrier Catalan se met à l'ouvrage... Au programme, soudure des tubes transversaux neufs pour commencer...

 

 

 

 

Etape N°5: LE REMONTAGE

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

Après avoir reçu les pièces nécéssaires à cette restauration, nous voici prêts à lancer l'opération la plus plaisante de cette renaissance: Le remontage!

Tous les éléments corrodés ont été remplacés et le châssis a été entièrement repeint. Les triangles de suspension ont été remontés après décapage et peinture.

 

 

Le remontage a déjà commencé sur la partie avant du châssis. Tous les éléments du circuit de freinage ont repris leur place respective.

 

 

Gros plan sur le "master vac" et le maître cylindre de frein avec ses canalisations neuves ainsi que sur l'essieu avant.

 

 

Voici le train avant avec moyeu, porte moyeu et biellettes de direction. On voit aussi le cheminement des nouveaux tubes du circuit de freinage le long de la poutre en direction de la partie arrière du châssis.

 

 

Détail du travail de rénovation des chapelles d'amortisseurs arrières. C'est la zone qui a demandé le plus gros travail. Toute la partie haute des chapelles a été refaite car trop attaquée pour être récupérable.

 

 

La partie arrière du châssis prise sous un angle différent. Une rénovation "à l'identique" ne doit pas se priver de certains progrès techniques! Ainsi, pour le circuit de freinage, on utilisera des flexibles de type aviation. Ils sont beaucoup plus résistants et très difficiles à percer.

 

 

Aujourd'hui, mise en peinture pour les étriers de freins et les ressorts d 'amortisseurs de notre Alpine A 310.

 

 

Notre opération de remontage s'accélère. Cette semaine, un gros travail a été fait et notre châssis commence à être bien garni, comme on peut le constater sur les photos qui suivent...

 

 

Montage des 4 amortisseurs Bilstein et de leurs ressorts. Remise en place des étriers et du circuit de freinage.

 

 

Mais le chantier le plus important a été l'installation de la boîte de vitesses et du nouveau moteur V6 / 3 litres... Un beau bébé qui va transformer notre paisible Alpine en véritable voiture de sport !!!

 

 

Quand on parle de moteur en porte à faux arrière sur une

Alpine A 310, ce n'est pas un vain mot ! Sur cette photo, on constate qu'effectivement il est monté très en arrière de l'axe des roues puisque même la cloche de boîte se trouve en retrait.

 

 

Gros plan sur la partie arrière du bloc. Courroie de distribution et alternateur à droite, allumage à gauche. Prochaine étape le positionnement des nouveaux échappements faits sur mesure pour la bête...

 

 

Aujourd'hui, montage des échappements. L'ensemble a fière allure. Quelques ajustements sont nécessaires pour que leur positionnement ne pose pas de soucis lors du recoquage. C'est pour bientôt !

 

 

 Vue sur le collecteur d'échappement, "trois en un" côté gauche. C'est du cousu main... Bien entendu du côté droit du bloc moteur se trouve son frère jumeau !!!

 

 

Et voici la vue du coté droit. L'ensemble a fière allure !!!

 

 

Alors, le fil rouge sur le bouton rouge et le fil vert sur le bouton ... vert !!! Ce paquet de spaguettis n'est autre que notre faisceau électrique de Renault 25 V6.


Mais pas question de l'utiliser dans l'état. Une mise en conformité pour notre Alpine A 310 Fleischman s'impose ...

Impressionnant, non ?

 

 

Heureusement avec le schéma éléctrique, on retrouve son chemin sans problème... à moins que...Thierry, tu es sûr que ça va le faire ? Il me semble que ... c'est le plan du métro !!!

 

 

Mise en place du faisceau éléctrique. L'opération est longue et complexe, petit à petit chaque fil est raccordé et testé.

 

La mécanique est en train de reprendre vie. Elle va bientôt pouvoir chanter ...

 

 

Le premier démarrage de notre nouvelle mécanique s'est déroulé sans problème. Il est temps de procéder au recoquage de notre A.310. L'opération est délicate car le volume du moteur a changé.

 

 

Une dernière vue de notre châssis avant le ré-assemblage. Tout a été remonté, même le pédalier. On pourrait presque aller

faire un tour avec ...

 

 

Nous allons maintenant commencer à faire descendre le pont qui supporte la coque de la Fleischmann.

 

 

Progressivement la mise en place s'effectue. Il faut recentrer le châssis au fur et à mesure pour que le positionnement final soit impeccable par rapport à la coque.

 

 

Voilà, nous y sommes presque... Mais les derniers centimètres sont les plus délicats. Attention au moteur...

 

 

Vue du compartiment moteur. Tous les fils électriques et toutes les durites ont été regroupés sur le dessus du bloc mais il faut faire très attention de ne rien coincer ou arracher lors de la descente de la coque ...

 

 

L'opération est terminée! Tout s'est bien déroulé. Maintenant nous allons pouvoir installer tous les périphériques de notre moteur dans le compartiment. Circuit de refroidissement, ventilateur, boitier électronique, etc ... Il y a encore pas

mal de travail.

 

 

Il nous faut également re-solidariser coque et châssis solidement.


Pour cela, sur plusieurs endroits du châssis, sont soudées des platines métalliques perforées qui vont être noyées dans la fibre, comme au milieu de la poutre ci-dessous ...

 

 

Ou de part et d'autre du moteur, dans le flanc des ailes arrières, comme sur la photo ci-dessous ...

 

 

Voilà le résultat une fois le travail réalisé. Tout est impéccable. On pourrait croire qu'elle est sortie hier de la chaîne de montage de l'usine de Dieppe !!!

 

 

Notre restauration a bien avancé et la ligne d'arrivée n'est plus très loin. Mais il reste encore du travail avant de pouvoir aller tester l'auto sur les routes autour de Perpignan pour voir si ce nouveau moteur tient bien toutes ses promesses !!!

 

 

Tous les éléments périphériques du moteur ont retrouvé leur place respective. Dans l'aile arrière droite on distingue le boîtier électronique. La batterie est positionnée contre la cloison. Durites, cablage électrique et refroidissement tout est en place et le moteur tourne comme une horloge ...

 

 

Mais pas question d'aller faire un tour avec pour le moment car de nombreux problèmes d'ordre électrique nous font prendre du retard sur le planning prévu.


Les lève-vitres et l'éclairage sont hors service et vont nécessiter une remise en état complète. Ce type de restauration est souvent synonyme de quelques mauvaises surprises et le cablage électrique des Alpine n'est pas réputé pour sa fiabilité

dans le temps!...

 

 

Que la lumière soit ... et la lumière fut !!!

 

Après avoir repris complètement le faisceau électrique, nous voici enfin au bout de nos peines. Tout fonctionne de nouveau, mais quelle galère pour arriver à ce résultat !!!

 

 

Voici notre Alpine parée pour reprendre la route. Elle semble déjà prête à dévorer le bitume ...

 

 

Gros plan sur la partie arrière, on visualise bien toutes les modifications liées à l'adoption du kit carrosserie Fleischman sur cette voiture. Elle est impressionnante à regarder !!!

 

 

L'arrière sous un autre angle, vue sur l'aileron et la persienne spécifique. Sur ses préparations, Hans FLEISCHMANN ne se contentait pas de modifier quelques éléments !!! On peut observer, qu' à part les portières et le capot avant, tout a été repensé et transformé.

 

 

Notre restauration est arrivée à son terme. Ce fut un gros chantier et, pour la sauvegarde de cette voiture, il était grand temps de le mener à bien. Nous espérons que vous avez pris plaisir à visualiser l'avancée des travaux grâce à ce petit diaporama.

 

 

Cette auto va maintenant pouvoir commencer une nouvelle vie et nous souhaitons à son heureux propriétaire beaucoup de bonheur au volant de sa belle ...

 

 

A bientôt pour d'autres restaurations avec l'équipe

de G.A.R.S 66.

 

 

 

 

 

 

  Garage G.A.R.S 66

Chemin du Mas BRESSON

66 000 PERPIGNAN

Thierry HODENCQ : 06 66 23 06 82